Jour 24 : tunnel sous la mer, ruines de château et Pâte-man

DSCF7596bis

Le lendemain, les nuages de pluie sont toujours accrochés au pont reliant Honshû à Kyûshû, et c’est sous un ciel menaçant que nous partons nous réfugier sous terre.
Car oui, rien de plus normal et sûr dans une région sismique que de relier deux îles en passant sous la mer. C’est par ascenseur que nous descendons donc 55m sous le sol et commençons à franchir les 780m de tunnel séparant Honshû de Kyûshû. L’entrée est gratuite et certains autochtones y font même leur jogging, ce qui est pratique les jours de pluie, et ce qui permet de dire à son mari « chéri je vais à Kyûshû et je reviens », ce qui est quand même la classe, un peu comme si tu disais « chéri  je vais en Angleterre et je reviens » à ton mari normand mais en moins loin quand même.
Au milieu de notre route une ligne au sol nous indique que nous passons de Shimonoseki, département de Yamaguchi, à Kita-Kyûshû, département de Fukuoka. Nous sortons du tunnel et découvrons l’autre bout du pont Kanmon. En dégainant notre ami Google map nous découvrons qu’il y a des ruines de château pas loin, dans un parc coupé par l’autoroute. Fendant notre chemin à travers la brume, nous errons dans le dédale de verdure pour découvrir nos 4ème ruines de château depuis le début de notre périple, le château de Moji, et rencontrons plein de gros escargots qui feraient pâlir un bourguignon (au cas où vous ne l’auriez pas compris, j’ai un certain attachement pour la Normandie et la Bourgogne).

Puis nous redescendons de notre colline et rejoignons la civilisation tandis que le soleil pointe le bout de ses rayons. Nous découvrons alors la ville de Kita-Kyûshû et son architecture occidentale. En effet, de par sa situation géographique, cette ville était une véritable plateforme d’échanges commerciaux et de développement industriel en connexion avec l’occident. Après avoir admiré la singularité du port de Moji, nous posons notre lourde charge et dégustons une spécialité du coin, le yakikaree, un gratin de curry recouvert de fromage.

Nous prenons ensuite le train pour Kokura (une des 5 communes composant la ville de Kita-Kyûshû) où nous avons réservé une guest house où les gens s’avéreront très peu sociables. Comme l’après-midi ne faisait que commencer car nous sommes super rapides et que la fougue de notre jeunesse nous permet de bien remplir nos journées, nous repartons pour le château de Kokura après avoir déposé nos affaires. En chemin nous rencontrons Pâte-man, l’homme qui a été mordu par une pâte radioactive et qui depuis a une tête en forme de penne rigate n°73.
Dans le château, nous découvrons deux sortes de maquettes : des reconstitutions historiques, et une tentative de reconstitution de la maison originale d’Hansel et Gretel perpétrée par des écoliers, dans une douce odeur sucrée quelque peu écœurante.

Mais comme une image vaut mille mots et que si je mettais mille mots vous les liriez probablement pas, place aux photos !

Manon

1 Comment

  1. Grazou says: Répondre

    Super bien rédigé ! Merci :)

Laisser un commentaire