Jour 11 et 12 : des vaches, des chevaux et la mer

20160425_123055_DSC_0979

Jour 11 et 12 : Des chevaux, des vaches et la mer

 

Le 24 avril nous remettons les sacs sur le dos direction les îles de l’archipel d’Oki, plus précisément Nishinoshima (l’île qui est à l’ouest). La première raison qui nous a amené sur cette île est simple : on a regardé un plan, on a vu une île au large de Sakaiminato et on s’est dit « cool on y va ». Oui, notre processus de sélection reste toujours aussi simple… Eh bien sachez qu’il a beau être simple il est plutôt efficace. Car là-bas nous avons trouvé… comment dire en termes simples… LE PARADIS.

En effet nous avons découvert en nous y rendant que cet archipel est un geopark et fait partie du parc national Daisen-Oki, et qu’ayant été séparées du continent il y a fort fort longtemps, quelques espèces végétales et animales sont endémiques de ces îles. Bon mais ce qui nous a le plus plu, parce que, nous, on aime les bêtes, c’est les chevaux et les vaches en liberté ! Et l’eau ! L’eau cristalline !

Nous sommes donc arrivées sur l’île en bateau (parce que c’est mieux qu’à la nage) et nous avons marché jusqu’à notre auberge, une petite chambre pas moche du tout, chez l’habitant, avec vue sur l’eau. Et heureusement que l’habitant en question tenait aussi une petite boutique parce que dans le coin il n’y avait rien d’autre pour nous sustenter.

Le lendemain nous sommes donc parties en exploration à la rencontre de la faune insulaire. Après un petit déjeuner sur la plage à admirer la transparence de l’eau nous nous sommes lancées sur les routes direction l’ouest de l’île (là où il y avait un dessin de cheval sur la carte). Au départ nous ne les apercevons que de loin en haut de la montagne, nous croisons vaches et taureaux en liberté, des crapauds, plein de chenilles et de gros lièvres de mer. Puis au détour d’un virage c’est un petit groupe de cinq individus qui apparait, prend la fuite et envoie la jument et le poulain en éclaireur pour vérifier que nous sommes inoffensives. Après que Manon a établi le contact nous continuons chacun nos routes. Et tout au long du chemin nous ne cessons  de croiser bovidés et équidés qui peuvent aller et venir à leur guise, le tout sur un fond de prés verdoyants en haut d’immenses falaises qui surplombent une mer bleu azur. Que demander de plus ?

La journée se termine par la visite de différents points de vue que nous avons pu avoir le temps de voir grâce à un français en vacances équipé d’une voiture, que nous avions croisé un peu plus tôt le midi, qui nous voyant souffrir en côte sur le bord de la route nous a gentiment emmenées aux points de vue où il se rendait aussi après avoir abandonné femme et enfant à la plage.

Et c’est la tête remplie de panoramas magnifiques que nous nous couchons et un peu (beaucoup) tristes de devoir partir le lendemain…

La suite en images !

Raphaële

 

Laisser un commentaire